un nouveau monde

30 décembre 2009

Histoire de mon pays natal Zhoukou

ade2221c7b5fc2d81bd576f7

Zhoukou était une cité prospère. Dès la période antique, il servit de capitale en Chine et il jouit d’une réputation comme ‘un pionnier en Chine, un sanctuaire merveilleux.’ Situé à la confluence du fleuve Sha, du fleuve Ying et du fleuve Jialu, il est un des berceaux importants de la civilisation du Fleuve Jaune.

Au début de la dynastie des Ming, ce ne fut qu’un village pour l’échange des produits agricoles, pendant la période Yongle des Ming, afin de faciliter l’échange commercial, on y ouvrit un embarcadère. Comme le nom de famille de cet batelier était Zhou, l’embarcadère a été appelé Zhoujiakou.

Ce passage donna naissance à une riche civilisation et Zhoukou devint une cité prospère à la dynastie des Qing. Il remporta un titre comme ‘le petit Hankou’, qui signifia qu’il pouvait rivaliser avec ses puissantes voisines (Zhuxian, Sheqi, Daokou ). Mais, de nos jours, il ne reste rien de cette grandeur passée, et il doit se contenter d’un destin médiocre.

Comme un des berceaux de la civilisation chinoise, il éleva pas mal de personnages historiques. Par exemple, l’Ancêtre de l’homme FuXi, la déesse Chinois NvWa, l’empereur ShenNong. Même la première célébrité des cent personnages dans le monde, le premier Taoîste LaoZi, fut né à Zhoukou.

Certainement, la longue histoire et la culture antique splendide de Zhoukou formèrent une riche ressource touristique. Bien des gens vont à    Zhoukou pour visiter les traces de l’ancêtre chaque année.

Aujourd’hui, tout en développant son agriculture, il s’est tourné résolument vers le tourisme.

Posté par heleneli à 06:25 - Commentaires [1]

28 décembre 2009

Pékin

IMG_2404 Le photo est pris en cet été, à Pékin.

   

   Capitale de la République populaire de Chine, Pékin comporte un mélange intéressant de tradition et de modernité. Si les gratte-ciel font désormais partie du paysage urbain et que la ville se développe à une vitesse fulgurante, Pékin recèle toujours de ces endroits qui rappellent à la fois son passé marqué par plusieurs dynasties d'empereurs et ses traditions artistiques. Les nombreux temples et pagodes, les jardins chinois, le magnifique Palais d'été et la Cité interdite sont partie intégrante de la ville.

    Dans cette vaste ville de plus de 16 000 km2, habitée par quelque 14 millions de personnes, des quartiers traditionnels, les hutongs, subsistent toujours, épargnés par les impératifs de développement urbain. Il ne faut pas manquer d'aller flâner dans ces parcelles d'un Pékin d'une autre époque.

Posté par heleneli à 13:29 - Commentaires [2]